La médecine vasculaire ou angiologie

L’angiologie, ou médecine vasculaire, est la spécialité médicale qui analyse le fonctionnement des vaisseaux sanguins artériels ou veineux et des vaisseaux lymphatiques.

Les artères

L’artérite des membres inférieurs (aussi appelée artériopathie oblitérante des membres inférieurs ou AOMI) correspond à une obstruction partielle ou totale des artères des membres inférieurs.

Cette maladie diminue l’apport de sang et d’oxygène dans les membres. Les tissus et les muscles ne sont alors plus suffisamment oxygénés : c’est l’ischémie.

L’artériopathie (ou artérite) des membres inférieurs est l’expression au niveau des artères des jambes d’une 
maladie artérielle diffuse qui peut toucher les coronaires, au niveau du cœur ; les carotides, au niveau du cou en direction du cerveau ; l’aorte abdominale, ainsi que les artères digestives et rénales ; les artères des membres inférieurs.

Pour contrôler son évolution et améliorer la qualité de vie des personnes atteintes, il est indispensable de limiter les facteurs susceptibles de déclencher ou aggraver l’artérite et de mettre en place un traitement précoce.

 Les facteurs de risque cardiovasculaire sont:

  • le tabac, majoritairement impliqué ;
  • l’excès de cholestérol (hypercholestérolémie) ;
  • le diabète;
  • l’hypertension artérielle;
  • le surpoids et l’obésité;
  • l’absence d’activité physique et la sédentarité (moins de 30 minutes d’exercice physique par jour), sachant qu’une demi–heure de marche par jour peut suffire à réduire le risque cardiovasculaire ;
  • la consommation excessive d’alcool (plus de 3 verres de boissons alcoolisées/jour chez l’homme et 2 chez la femme) ;
  • l’âge (la probabilité d’accident cardiovasculaire augmente nettement après 50 ans chez l’homme et après 60 ans chez la femme) ;
  • le sexe masculin ;

Les veines

Les varices sont des dilatations (plus de 4 mm) permanentes d’une ou plusieurs veines généralement situées au membre inférieur et qui s’accompagnent d’une altération des propriétés de la paroi veineuse.

Elles correspondent à une maladie de la paroi veineuse. Sous l’effet de la pesanteur, les veines se dilatent et le sang qui naturellement devrait y circuler de bas en haut stagne et peut même refluer.

Elles n’intéressent jamais le réseau veineux profond et peuvent s’accompagner de symptômes tels que œdème, des douleurs (sensation de jambes lourdes) et des picotements dans les membres.

Les complications peuvent se traduire en :

  • Problèmes cutanés : apparition d’eczéma variqueux, de dermite ocre, d’hypodermite ou d’ulcère variqueux ;
  • Rupture de varices : rupture externe ou interne pouvant engendrer une hémorragie ;
  • Phlébite : formation d’un caillot à l’intérieur des veines. La phlébite peut être superficielle ou profonde. La dernière est la forme de complication la plus grave des varices, car elle peut entraîner une embolie pulmonaire si jamais le caillot se déplace vers les artères pulmonaires.

La phlébite

La phlébite est un trouble cardiovasculaire qui correspond à la formation d’un caillot de sang dans une veine. Ce caillot bloque complètement ou partiellement la circulation sanguine dans la veine, comme un bouchon.
En fonction du type de veine touchée (profonde ou superficielle), la phlébite est plus ou moins grave. Ainsi, si le caillot se forme dans une veine profonde, de gros calibre, un traitement doit être prodigué de toute urgence.

Dans l’immense majorité des cas, la phlébite se forme dans une veine des jambes, mais elle peut apparaître dans n’importe quelle veine (bras, abdomen…).
Les phlébites surviennent souvent à la suite d’une longue immobilisation (chirurgie, plâtre, longs trajets).